Short Pieces / Routage, toujours

Publié le par lasoupiere.abribus.over-blog.com

banniere short pieces internet 2

 

Routage toujours

 

 

Soit 13 rangées de 13 paquets de 10 catalogues de 400 g chacun environ. Ce qui nous donne donc 1690 catalogues sur une palette pour un poids total de 672 kg.

 

Le challenge est des plus simples dans sa manipulatoire simplicité. Prendre un paquet sur la palette et le poser sur le tapis. C’est tout. Le margeur fait le reste : les catalogues, en procession, au rythme mécanique et tout régulier d’un par seconde, vont se faire bien sagement emballer puis adresser avant de finir, à l’autre bout, dans un grand cube de plastique. Puis partiront dans toute la France. Pour vanter, écrit en gros sur la couverture, 300 destinations, pas moins, toutes au soleil des vacances. 

 

Mais pas le moment de s’évader. S’en tenir à la mission. Pour laquelle je suis mandaté . Se concentrer. Penser au boulot. Nothing else. Résumons :

 

Il me faut donc un neurone pour faire un pas à droite. 

Un neurone pour la rotation du buste sur la droite.

Un neurone pour saisir le paquet, en pince, avec les deux mains.

Un neurone pour la rotation du buste sur la gauche. 

Un neurone pour faire un pas à gauche.

Un neurone pour retourner-poser le paquet tranche devant ou derrière une fois sur deux. 

Un neurone pour poser le paquet sur le tapis roulant. 

Et un neurone pour monter le gerbeur de 10 cm tous les 13 paquets. Important pour l’économie des gestes et la fatigue du dos.

 

Et ainsi de suite. Au rythme d’une palette entière toutes les 25 minutes. Pendant 8 heures. Renouveler l’opération ci-dessus 2500 fois. Solliciter 8 neurones à chaque fois. À l’évidence, ça ne prend pas trop la tête. 

 

Je suis le Sisyphe du routage. 

 

« Les dieux avaient condamné Sisyphe à rouler sans cesse un rocher jusqu’au sommet d’une montagne d’où la pierre retombait par son propre poids. Ils avaient pensé avec quelque raison qu’il n’est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir. » 

 

Je cite le grand Albert Camus.  

 

Moi qui voulais un job où on ne réfléchit pas trop.

 

Voilà.

Publié dans Short Pieces

Commenter cet article