Short Pieces / Routage, deuxième

Publié le par lasoupiere.abribus.over-blog.com

banniere short pieces internet 2

 

Routage, deuxième

 

Aujourd’hui, pas de tatoum ni de psssscht. Exit la cadence et le bruit. Je caresse les ailes d’un ange. 

 

Celui qui est imprimé, en grand, sur la couverture de ce catalogue de produits para-médicaux d’un gros fabricant local de bandes tissées élastiques en tout genre. 

 

300 g l’exemplaire. Le poids, qui semble dérisoire, a son importance. Multiplié par 20, cela donne 6 kg. Pas très lourd, en fait. 

 

L’enjeu, là encore, est très simple, basique. Prendre un paquet sur la palette, le poser devant soi, dépiauter l’emballage de plastique, mettre tous les exemplaires, croisés, dans le même sens, égaliser et repositionner le tout sur une palette voisine. Le tout partira, ensuite, tatoum et pssscht, dans une grande enveloppe blanche, aux quatre coins de la France. 

 

J’attrape, je déchire, donc, je caresse, je retourne, j’égalise, je repose. Là encore, automatique devient le geste. Ne pas trop en faire. Minimum d’effort pour le maximum d’efficacité. On apprend vite. 

 

104 paquets de 20 catalogues. Soit 2080 par palette. Multiplié par 12 palettes. Rapide calcul mental. Dix fois 2080 égalent fastoche 20800. Plus deux fois 2080 égalent 4160 . Que j’ajoute aux 20800. Pour trouver dans la foulée cérébrale un total de 24 960. Non ?  Si si !!! Vérifiez. 

 

Le poids, alors et toujours ?  Puisqu’il s’agit de cela, aussi, répercussions sur ces fameuses articulations obligent. 

 

Facile, encore. Disons 25 000 catalogues à 300 g la bête. Cela va nous faire dans les 7 500 000 grammes soit 7500 kg soit encore 7,5 tonnes. Qui me seront entre les mains. 

 

Du coup, moins légères se font les plumes de l’ange. Celle-ci, d’ailleurs – les anges n’ont paraît-il pas de sexe mais les publicitaires, pour leur plan de com, ont semble-t-il délibérément choisi de l’incarner dans une assez douce et très charmante créature - le dos tourné et ses deux ailes bien visibles, me lance un regard de biais accompagné d’un sourire que je trouvais donc charmant au début. 

 

Et qui me semble narquois au bout de quelques heures de manipulations et de fatigue subséquente. 

Publié dans Short Pieces

Commenter cet article