Courir ne sert à rien, la suite !

Publié le par lasoupiere.abribus.over-blog.com

 

Gérard Di Cicco

 

couv livre GERARD trail internet

 

Courir ne sert à rien

20 x 14,5 cm - moyen format

52 pages

4 euros

 

Dernier livre 2010 de notre auteur, qui pratique le Trail, longue course à pied de compétition, généralement dans des terrains au relief infernaux ! Le recueil regroupe des textes écrits juste après ces longs efforts, entre souvenirs, réflexions et autre écritures dont Gérard Di Cicco a le secret !

 

Courir ne sert à rien. Courir, activité dérisoire, inutile, vaine et gratuite, qui exige un minimum d'équipement. Une bonne paire de chaussures, un short et un maillot suffisent. Quand à expliquer qu'on trouve du plaisir à souffrir ainsi, parfois pendant des heures...


Effectivement. Je confirme. courir ne sert à rien.

 

C'est pour cela que je continue.


Gérard Di Cicco

 

Attention recueil épuisé, grand succès !!!

Un retirage sera fait pour la Fête du Livre 2011 de Saint Etienne.

 

Et voici maintenant un supplément de Gérard, qui n'a pas arrêté le trail avec l'écriture de ce livre !

 

Alti pas trop speed en Tarentaise
17 juillet 2011

C’est précisément dans des courses comme celle-ci qu’on se demande vraiment ce qu’on fait là… surtout sur la crête de l’aiguille Pers, à plus de 3000 m d’altitude, dans un épais brouillard, fouetté par le vent tourbillonnant  et les embruns d’une pluie horizontale et glacée ! Le panorama, ce sera pour une autre fois ! Juste le temps de se pointer, plié en deux, au sommet et je repars. Beaucoup n’auront même pas eu le «  privilège » de monter jusqu’ici et renonceront.
Que dire donc d’un trail effectué dans de telles conditions sinon que les organisateurs ont évidemment pris la bonne décision, pleine de bon sens, en le limitant à 32 kms. Tant pis pour le record d’Europe : peut-être pour 2012 ? 
Pour moi, traileur anonyme et assez limité, ce fut tout de même là où j’ai pu tester mon mental et ma résistance, presque ma résilience, contre les éléments naturels lorsque ceux-ci se moquent du calendrier estival et vous font bien sentir que ce sont eux les maîtres, dans ces superbes montagnes. Leçon de modestie … et d’opiniâtreté.
Car il en  fallait, aussi bien pour les meilleurs, pour moi bien évidemment ainsi que pour la traileuse Valérie qui est arrivée en 7h46mn mais qui a terminé, tout de même. Il devrait y avoir un podium ou une récompense pour les valeureux entêtés de la queue du peloton.
Que dire sinon que la montée dans les éboulis d’ardoise vers le fameux tunnel de la Laissière fut pour moi un grand moment de pédalage dans la semoule ! Que je n’oublierai pas non plus la descente finale toute en glissades et technique de ski alpin – merci à mes bâtons – sur la piste de VTT transformée pour le coup en piste aquatique de bobsleigh ! Un autre moment épique d’une journée décidément très riche en émotion.
Cette parenthèse de trois jours en Tarentaise, avec de belles balades aux sources de l’Isère et au lac de l’Ouillette, restera sans nul doute dans ma mémoire. En plus de ce fameux «  Icetrail » qui annonçait la couleur de façon toute prémonitoire : «  Aurez-vous le mental ? ».
J’y ai répondu, à mon niveau, ainsi que les 209 autres participants qui ont, contre vents et sans forcément se marrer, franchi la ligne d’arrivée.    

Publié dans LIVRES ABRIBUS

Commenter cet article