Boutique Chrysalide

Publié le par lasoupiere.abribus.over-blog.com

banniere lignes du jour internet

 

Boutique Chrysalide. Perles jaunes, blanc tendant sur le jaune. Papillon volète. Va vers le mauve, ce bijoux bleu, là. Ne te réfère pas aux projecteurs, petit papillon. Evite, évite les simagrées qui grisaillent le visage. Fais ton rond sur la terre, n'oublie pas d'où tu viens. Poussière tu étais...

Ce bleu est décidément très beau, hein!? Ne cours pas après le futile, petit papillon de jour, bientôt ce sera la nuit. Tu te croyais fait pour le vrai jour, et non pour une lumière artificielle. Cependant, tu passes tes jours dans la boutique de Madame Raymonde. Guide pour les clientes, que tu attires vers toute la collection, attraction des enfants. Volète, et profite. Un orchestre a bien un chef d'orchestre, non? Tu es l'âme du magasin, tu es devenu son porte-bonheur. Chaque pièce d'artisanat devient une beauté orchestrale quand tu la touches, comme une pluie de magie révélant l'ordinaire. Ou plutôt, derrière l'ordinaire, l'unicité, l'essence du bijoux s'allume.

Et pourtant, tu tournes en rond, charmant volatile. Mais es-tu bien un volatile? Tu voles, mais en cercle, dans un cercle fermé, à l'intérieur d'un magasin. Déjà les forces te manquent. Un oiseau, lui, ne reste pas toute la journée dans un magasin. Ou bien c'est un oiseau raté. Un oiseau, lui, peut voler si haut qu'il arrive à voir le Père Céleste. Moi je suis un oiseau raté se lamente petit papillon. Ce matin, c'était les projecteurs, les enfants qui chantent. Et ce soir, c'est ce mal de tête. Le papillon se souvient. Je n'ai même pas de tête.

Il est minuit. Sous les feux des projecteurs encore allumés, le papillon de jour s'éteint.

Commenter cet article